Les filles aux mains jaunes

p988

Début 1915. La Première Guerre mondiale fait rage depuis plusieurs mois. L’espoir qu’elle soit courte et victorieuse s’est envolé. Dans une usine d’armement, quelque part en Europe, Julie, Rose, Jeanne et Louise, quatre « filles aux mains jaunes », fabriquent des obus à la chaîne et découvrent leur destin d’ouvrières. Dans ce décor singulier, Jeanne a des désirs de revanche, Julie rêve d’amour, Rose écoute Louise, et Louise parle, milite, écrit et tente de croire à un monde nouveau.

chez Lansman Éditeur

Critichroniques :

La cause littéraire

Les trois coups

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s