PRESSE

 

 

 logo-tag-noir

play_2596_large_va-jusqu-ou-tu-pourras

Va jusqu’où tu pourras 

de Sedef Ecer, Michel Bellier, Stanislas Cotton

mise en scène Joëlle Cattino

Avec : Sylvie Amato, Blanche Van Hyfte, Joëlle Cattino, , Fabien-AïssaBusetta, Richard Dubelski

Lumières et scénographie : Jean-Luc Martinez

Musique et création sonore : Richard Dubelski

Images vidéo : FédéricoEscartin, Michel Bellier

Montage-trucage : Joëlle Cattino, Maxime Tortosa

Chargée de projet international : Barbara Thoma

Photos : Michel Bellier

Durée : 1h30 Production : Dynamo Théâtre

par le Dynamo Théâtre

aux Halles de Schaerbeek (Bruxelles) du 24 au 25 février 2014

Article « Odyssée de l’invisible »

Par Julie LEMAIRE, publié le 5 mars 2014

Bruxelles L’immigration clandestine vers l’Europe. Trois auteurs tracent cette histoire incessamment revécue à travers les frontières. Va jusqu’où tu pourras est une co-écriture de trois auteurs, trois nationalités, trois cultures. Sedef Ecer raconte les raisons du départ de trois femmes depuis la Turquie ; Michel Bellier donne les mots à leur arrivée à Marseille et durant la traversée de la France ; Stanislas Cotton poétise le sol bruxellois, Ostende, la mer…

Et après ? L’écriture à trois mains devient une seule histoire, entre dans le processus de création. La mise en scène réussit le pari de l’interdisciplinaire. L’évocation est multiple mais raconte une seule errance, celle des êtres de l’ombre dans un chaos nommé Schengen. Création sonore, projection et jeu des cinq acteurs se mélangent, se répondent et s’harmonisent.

La vidéo vient matérialiser le trajet des femmes, donne une sensation de mouvement, démultiplie l’espace. Des morceaux de films, images réelles, viennent se fondre et donner force à une histoire inventée, qui pourrait être celle de milliers de femmes entreprenant ce trajet vers ce qu’elles appellent la liberté.

Dans le cadre du projet plus vaste d’interroger la mémoire des femmes migrantes depuis la Turquie, les Halles de Schaerbeek ont accueilli cette création de la compagnie Dynamo Théâtre. Joëlle Cattino, fondatrice de la structure, met en scène et joue sur le plateau, à travers le personnage d’une artiste contemporaine pédante qui réifie Perce-Neige, malheureuse héroïne dont l’image sera utilisée à des fins artistiques personnelles. Le texte et la proposition scénique s’éloignent de ces discours creux et débilitants pour créer un pont entre le public et la femme migrante, et interroger les raisons du départ quand on est une femme.

Immigration et féminin

Pour qui s’intéresse à la question, le propos transcendera peu les connaissances habituelles : condition de troisième épouse ou peur d’être répudiée par la famille ; nécessité de s’affirmer dans une sexualité différente ; envie d’offrir un avenir meilleur à ses enfants ; conditions de voyage et d’arrivée en Europe inhumaines ; personnages profiteurs et ingrats qui entourent ce trafic ;  travail sans choix et sans issue… Mais pour les publics scolaires, par exemple, cette représentation sera une introduction vivante et émouvante à un sujet maintes fois représenté et pourtant inépuisable, vu le peu de cas que nous faisons quotidiennement des informations qui traduisent l’inconfort européen face à l’inhumain. Le projet artistique est complet et incarne la fusion des arts scéniques. Les acteurs assurent des changements de rôle et des personnages à la psychologie délicate, notamment celui de Galanthine, transsexuelle en route pour les glorieux cabarets marseillais. Tous chantent et manient instruments et bruitages. Une performance réussie.

Bruxelles (Schaerbeek)

 


425669_372344962776776_953325833_n
L’actualité culturelle en région PACA, et au delà !

Va jusqu’où tu pourras, projet ambitieux

de Sedef Ecer, Michel Bellier et Stanislas Cotton

P1030159mis en scène

par Joëlle Cattino au théâtre Joliette Minoterie

Invisibles odyssées

du 7 mars 2014 au 12 mars 2014

On a suivi le projet, des premières lectures à La Friche à la présentation d’une étape de travail au Gymnase. On a apprécié la pièce à Port-de-Bouc au printemps 2013 (voir Zib’61).

Quel bonheur de voir (enfin !) le Dynamo théâtre se poser quelques jours à Marseille (au moment de la journée de la femme, en plus !), accueilli au théâtre Joliette-Minoterie pour quelques représentations de la trilogie consacrée aux femmes migrantes, Va jusqu’où tu pourras. Un projet ambitieux mis en scène par Joëlle Cattino (elle en parle très bien sur notre web radio), et porté par trois auteurs, la Turque Sedef Ecer, le Français Michel Bellier et le Belge Stanislas Cotton. Un long travail de collaboration qui a su préserver la langue et le tempo particuliers de chacun tout en offrant un ensemble d’une belle cohérence. Résultat : un spectacle percutant qui mêle, le plus souvent avec bonheur, les images vidéo, la musique live et les paroles (au micro ou a cappella, c’est selon). Deux heures environ d’un théâtre intense, plein d’éclats poétiques, qui interroge avec pertinence non seulement les migrations au féminin en ce début de siècle mais également le regard que les Européens, et particulièrement les artistes, portent sur ces femmes migrantes. Car des tribulations de Perce-neige et de ses compagnes d’infortune, la vidéaste (interprétée par Joëlle C. herself) fait de l’art ! Contrepoint ironique sans doute mais question plus sérieuse qu’il n’y paraît. La visibilité des femmes migrantes dans l’espace public, tel était d’ailleurs l’intitulé de la table ronde qui s’est tenue le 8 mars après-midi au théâtre. Sous la houlette de la politologue Marie Poinsot, sociologues, psychologues, urbanistes et doctorantes, venus de France mais aussi de Turquie, de Belgique et de Roumanie, ont débattu de cette question longtemps méconnue mais devenue depuis une quinzaine d’années un axe fort de la recherche. De fait, selon Mirjana Morokvasic, si les migrations féminines ont toujours existé (jamais moins de 40% tout au long du XXe siècle en France et aux EU), elles sont longtemps restées dans l’ombre. Aujourd’hui, principalement grâce aux études féministes, «les femmes migrantes sont reconnues comme acteures de leur rôle économique». Paradoxalement, on assiste à une montée en puissance de stéréotypes visant à présenter ces femmes comme forcément assistées, forcément victimes. Selon la chercheuse, la visibilité des femmes migrantes demeure «partielle et partiale». Il faudrait ainsi sortir des deux clichés couramment étudiés, celui de la «domestique» et celui de la «prostituée». Beaucoup d’autres figures féminines restent à mettre en lumière pour une visibilité véritablement en accord avec la réalité du monde contemporain. L’art reste un bon moyen de déplacer stéréotypes et représentations ; c’est ce qu’a montré la deuxième table ronde, animée par Samia Chabani. Après avoir rappelé l’importance des acteurs artistiques et de la fiction pour rendre plus visible l’histoire de l’immigration, la déléguée générale d’AncrAges a donné la parole à trois femmes artistes dont le travail creuse les questions d’identité et de mémoire. Toute l’œuvre dramatique de Sedef Ecer (elle-même a émigré) tourne autour de la question de la migration. Frédérique Fuzibet, du Théâtre de la Mer, a évoqué son projet au long cours autour de Médée, figure antique de l’exilée, de l’étrangère, de la répudiée. Quant à Michèle Addala, de la Cie Mises en scène, elle a parlé avec passion du travail qu’elle mène depuis trente ans avec les habitants d’un quartier populaire d’Avignon, des ateliers de parole qu’elle y a mis en place. «Faire théâtre», dit-elle, pour aller «au cœur de la parole de ces gens, au cœur de leur vie». Et la rendre plus visible ?

FRED ROBERT Mars 2014

Va jusqu’où tu pourras a été représenté au théâtre Joliette Minoterie, Marseille, du 7 au 12 mars Ecouter l’interview de Joelle Cattino sur WRZ ici


 

NM 02022014


IMG

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s